9 principes pour améliorer ton scénario !

Alors, tu as enfin la première version de ton scénario en mains ? Félicitations ! 💪 💪 💪  C’est une sacrée victoire et un sacré accomplissement. Mais le travail n’est pas fini. Maintenant, tu entres dans la phase de ré-écriture. Dans cet article tiré du livre Save the Cat, je te donne 9 principes pour améliorer ton scénario !

Un héros inactif :

Et si votre héros était tout simplement un être mou et passif ? C’est peut-être le cas. En soit c’est un véritable problème, car ce qui fait d’un héros un héros c’est qu’il initie de lui-même l’action. Mais les personnages secondaires donnent toutes les directives à votre héros ? Si c’est le cas, rendez le moins passif, le héros doit être actif !

Quelque part, le héros sans le savoir est un leader !  😎 Donnez lui un coup de pied aux fesses !

Ne dites pas ! Montrez !

Quand on écrit une histoire, on se retrouve avec un paquet d’informations à donner aux lecteurs. Mais la difficulté tient dans la manière de les donner. Donc, il faut passer les informations sans être trop direct.

Tel personnage se sent mal dans sa peau, mais est amoureux en secret de la plus jolie fille du lycée ? Pas la peine d’en faire des caisses, pas la peine de créer des dialogues inutiles. En soit, vous pouvez certainement passer ces informations par un regard non ?

Votre mantra : Ne dites pas ! Montrez !

Si une information peut être donnée par une image, faites le ! Evitez au maximum les informations trop directes données dans les dialogues. Car, vous écrivez un film pas une pièce de théâtre !

Un méchant plus fort que le héros :

N’oubliez pas que votre méchant doit être au départ plus puissant que votre héros. Notamment car ce dernier a oublié sa morale.

vEn rendant le méchant plus fort, vous rendrez votre héros plus héroïque ! Car plus la tâche semble impossible plus votre héros devra se révéler et se surpasser.

Un bon méchant crée un bon héros.

Passez les vitesses :

Une bonne histoire doit accélérer. Elle ne doit pas se contenter d’avancer mais bien d’aller de plus en plus vite. Pour arriver à cet effet de vitesse, vous devez être capable de supprimer ce qui est inutile.

Or, quand on aime son histoire, on a du mal à couper dans le tas. Pourtant, c’est essentiel à la réussite de votre histoire. Alors faites en sorte d’avoir ce qu’il faut d’informations pas plus, pas moins.

Variez les émotions :

Les comédies dramatiques font-elles seulement rire ? La réponse est simple : non. Car tout film se doit de vous scotcher à votre siège en vous faisant vivre toutes sortes d’émotions. On passe du rire, aux larmes ! Et c’est la clé ! En effet, vous devez être capable de créer chez le spectateur tout un panel d’émotions.

vD’un certain point de vue, la réussite des films de James Wan : Insidious, Conjuring tient dans sa capacité à créer des scènes très drôles, très touchantes, et terrifiantes !

En d’autres termes, vérifiez que votre scénario n’est pas uni-émotionnel. Et regardez si chacune de vos scènes varie sur le plan émotionnel.

Des dialogues monotones :

Salut ! Salut ! Ca va ? Oui et toi. Ca va.

En soit, les dialogues peuvent être pénibles à écrire. De plus on peut avoir tendance à écrire de manière très platonique. Pourtant, personne dans la vie ne parle comme ça ! En effet, les gens parlent de manière bien moins directe.

La technique : essayez de faire en sorte que chaque personnage ait une façon bien à lui de parler. Je ne sais plus quel ami m’avait parlé de Harry Potter et de la manière si particulière d’écrire de Rowling. Si vous pensez à un personnage vous allez tout de suite savoir comment ce personnage parle. Hermione ? Rapidement avec un air de Je-sais-tout. Hagrid ? Lentement, presque grossier. Dumbeldore ? Avec grâce avec un vocabulaire très élaboré. Rogue ? Pinçant, phrases courtes.

De plus, si un dialogue n’est pas nécessaire, n’hésitez pas à le supprimer.

Également, écoutez comment les gens parlent au quotidien. Notez parfois des phrases que vous trouvez intéressantes.

Une transformation plus ample :

Pour qu’un arc transformationnel fonctionne, il faut que votre héros parte d’un point A bien loin du point B. Parfois, on part avec un personnage un peu trop parfait, un peu trop lisse. Or pour qu’il y ait transformation il faut qu’il y ait défaut et nécessité de changement.

Alors n’hésitez pas à noircir le tableau. Quel est le meilleur personnage pour votre transformation ? Grâce à cette technique vous gagnerez en intensité ! Comme dit précédemment, il faut être sans pitié avec votre personnage !

Des personnages uniques en leur genre :

Parfois, le spectateur confond les personnages. C’est encore pire à la lecture d’un scénario. Essayez de rajouter quelque chose de particulier à votre personnage. Peut-être est-il particulièrement grand ? Peut-être est-il muet ? Fan de Johnny ? Mais qu’importe, donnez lui un détail remarquable dans sa personnalité et dans son look. Votre personnage sera plus facile à reconnaître.

J’en reviens toujours à Rowling. Pensez à chaque personnage. En fait, il y a toujours un élément qui permet de l’identifier facilement : roux, grand chapeau, lunettes rondes, 2 mètres 50, couleur rose.

Alors quel est l’élément qui rend votre personnage unique ?

Des besoins primaires :

Dans mon article sur la pyramide de Maslow, je t’ai expliqué les besoins primaires qui motivent les êtres humains.

Or, on pense souvent que nos personnages sont plus sophistiqués que ces besoins animales. Pourtant, en ancrant les choix de vos personnages dans cette simplicité des besoins vous faites résonner votre histoire chez tous les êtres humains. Car tout le monde comprend l’envie d’aimer mais tout le monde ne comprend pas l’obsession d’un personnage pour les jeux à gratter. Pourtant l’obsession des jeux à gratter provient d’un besoin très simple : assurer l’avenir de son foyer et sauver sa famille.

Alors, regardez si tous vos personnages sont motivés par un besoin d’ordre primaire.

Et voilà ! Ce sera tout pour aujourd’hui ! J’espère que ces 9 principes pour améliorer ton scénario t’a aidé. 💯💯💯

Maintenant, tu peux retourner au Plan du site ici. De plus, je suis sûr qu’un petit tour sur le résumé du livre L’Anatomie du Scénario et Du voyage du Héros de Campbell te plairont. De même, je t’invite à lire mon autre article de conseils tirés du livre de Snyder.

Si tu souhaites avoir plus de conseils et astuces je t’invite à lire les articles suivants :  😎 

Si vous le souhaitez vous pouvez acheter le livre de Blake Snyder : Les règles élémentaires pour l’écriture d’un scénario SAVE THE CAT (Mais attention, c’est un lien affilié, sans changer le prix d’achat pour vous, je toucherai une commission de 4% sur votre achat. Toutefois cela ne change rien pour vous, mais cela m’aide à continuer ce site)

A bientôt sur Apprendre-le-scénario !

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Votes comptés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *