fbpx

Le storyboard 2.0 !

Un matin je me réveille avec une idée super simple: des post-it pré-formatés pour le cinéma. Je fais un tour sur internet et je découvre que personne ne l’a encore inventé. Personne. Et pourtant, l’idée est d’une simplicité pas possible. Dans cet article, je t’explique tout mon chemin jusqu’au produit final ou comment j’ai réinventé le storyboard avec mon idée débile.

Le post-it

Jusqu’à présent tout mon entourage utilise des post-its pour réaliser des storyboard ou alors des feuilles A4 préformatées. Le post-it reste bien pratique pour coller le tout au mur et avoir une vision d’ensemble. Et la feuille A4 préformatée aide avec les descriptions, les numéros de séquence ect.

Je me dis : mais c’est bête on pourrait faire une fusion des deux.

Je fais un tour sur internet et je trouve rien.

L’appel

Signe Bélier, quand il y a une idée à réaliser, je fonce. Ni une ni deux, j’appelle mon pote Nathan tout droit sorti des Gobelins. Je lui explique mon idée.

Il me répond : « C’est pas con ! ».

On se fait un FaceTime, il sort son Ipad et ensemble nous réalisons un prototype.

Voilà le résultat :

C’est moche mais l’idée est là. Focales, numéro de séquence et de plan, mouvements de caméra, cadre 16/9 …

Je vous envoie mon idée sur la newsletter pour savoir comment l’améliorer. Vous m’aidez avec de nouvelles informations.

Mon ami d’enfance, ce génie.

J’appelle mon ami d’enfance Roch. Je lui parle de mon idée.

Roch c’est le roi du marketing et des boutiques en ligne. Le co-équipier parfait.

On se met à faire une maquette sur Indesign.

Voilà notre résultat final.

Le produit répond bien aux demandes dictées par le sondage : numéro de séquence, plan, durée, inclinaison caméra, focales, mouvements de caméras, jour/nuit, intérieur/extérieur, et surtout description de l’action.

Place au packaging.

Voilà ce qu’on arrive à produire. Du noir, du doré, on est ravis ! Ca rend super bien, le produit ne fait pas cheap.

Le dépôt du brevet :

On se dit qu’il est temps de protéger notre projet.

Dépôt de brevet et dépôt à la chambre du commerce.

Ça nous coûte un bras, mais on est protégés contre la copie.

L’impression :

Maintenant, on doit imprimer notre premier lot.

On cherche des imprimeurs pendant sur plusieurs jours pour trouver le meilleur rapport qualité/prix.

On lance la première impression, le résultat est trop brillant.

On décide de pas perdre d’argent et faire une version mat bien plus chouette.

On paye. Les colis devraient arriver dans 20 jours plus ou moins.

Le site internet :

En attendant, il nous reste du boulot. Il nous faut un site vitrine.

A quatre mains, on se met au travail et on lance notre site : StoryboardIt

Je demande à mon ami Nathan de réaliser des dessins d’exemple.

Notre projet prend vie peu à peu.

La réception du Graal :

20 jours plus tard, Roch m’appelle super content. Il a reçu les colis.

On ouvre ensemble (à distance) nos cartons !

On est aux anges ! Je suis à l’hôpital et cette nouvelle refait ma journée !

On va pouvoir envoyer notre projet à nos premiers clients.

Les comptes :

Il est temps de faire les comptes.

Combien ça nous a coûté cette histoire ?

  • Nom de domaine web : 50 euros.
  • Plateforme dropizi : 25 euros/mois.
  • Dessins Nathan : 200 euros.
  • Écriture des articles par un rédacteur web : 700 euros.
  • Impression storyboard-it premier lot : 750 euros.
  • Frais de douane : 99 euros.
  • Envoi : 4,5 euros par envoi.

Très clairement on rentre pas dans nos frais pour l’instant. Mais est-ce ça le plus important ? Pas vraiment, même si on arrivait pas à en vendre, on s’est marré ! On a pas arrêté de rigoler et c’est un vrai bonheur d’avoir son projet entre les mains.

Si vous voulez nous aider en vous procurant un ou plusieurs exemplaires de Storyboardit c’est pas là.

👉Cliquez ici pour vous procurer votre StoryboardIt.

La suite ?

Pour aller encore plus loin, on s’est penché sur l’application StoryboardIt.

Le développeur du logiciel gratuit oStorybook planche là-dessus pour vous permettre de numériser, sauvegarder et organiser vos storyboards.

Voilà un premier rendu de l’application en version béta.

Maintenant, il faut qu’on se débrouille pour faire la promotion du produit, faire le tour des librairies, envoyer aux premiers clients, créer des publicités, envoyer des échantillons à des influenceurs instagram.

Bref, la partie la moins marrante.

J’espère que ces coulisses de notre projet vous a plu.

Je vous dis à très vite.

Timothée

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne 4.7 / 5. Votes comptés 3

Soyez le premier à noter l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page