La structure en trois actes

Connaissez-vous la structure en 3 actes ? C’est le squelette de base utilisé par les scénaristes et tous les conteurs d’histoires pour fabriquer des intrigues depuis des siècles. Il n’y a pas de recette miracle pour écrire un bon scénario. Cependant, un cadre, une logique interne et un poil de structure peuvent transformer une simple idée en un script construit, logique et efficace. Vous souhaitez en savoir plus ? Découvrez cette technique de l’époque antique pour construire une histoire captivante.

Structure en 3 actes : qu’est-ce que c’est ?

Les origines

Nous racontons des histoires depuis des générations. De l’histoire raconter au coin du feu, du film d’action testostéroné au marketing Apple, les êtes humains ont les histoires dans le sang.

Un certain Aristote avait déjà compris ces principes il y a bien longtemps. Il a donc mis en lumière une recette encore utilisée de nos jours  : la structure en 3 actes ou schéma narratif.

Les bases de la structure en 3 actes

Aristote part d’un constat très simple. Une bonne histoire comporte un début, un milieu et une fin. Cela constitue les 3 actes. Jusque-là, c’est parfaitement logique.
Chaque acte joue un rôle différent. Cependant, la cohérence doit être totale pour créer l’effet recherché auprès du public. Chaque partie de ce squelette est basée sur 3 émotions successives : la peur, la pitié et le soulagement.

VEN YAM - Ven Yam

Acte 1 : L’exposition

Au début de l’histoire, il faut bien planter le décor comme on dit dans le jargon. De manière classique, les personnages principaux sont introduits et la situation de départ est présentée dans les premières scènes. Ce fondement de la narration est appelé « l’exposition ».
Un ingrédient essentiel est à intégrer dans cette partie du scénario : un bouleversement dans la vie du personnage principal. Un gain au loto, l’apparition d’un frère inconnu, la perte brutale d’un proche… Les événements possibles sont inépuisables. La limite est uniquement bornée par votre imagination. Ce nœud dramatique constitue le fil conducteur pour les 2 actes suivants.
Cette phase représente 25 % de la durée du film.

Acte 2 : La confrontation

On entre maintenant dans le cœur de l’histoire avec l’acte 2. C’est la partie la plus longue du film (60 %). Le personnage principal mène alors une quête ou un combat dans le but d’atteindre un nouvel équilibre suite au grand bouleversement précédent : c’est la « confrontation ».

L’intensité et la tension dramatique monte progressivement au gré des obstacles jusqu’au point culminant. On est alors au « climax ». C’est le tournant du film où le spectateur atteint son apogée émotionnel. Le personnage doit à ce moment affronter cette dernière épreuve pour atteindre une nouvelle forme de stabilité : c’est le combat final !

Acte 3 : Le dénouement

L’intrigue touche à son terme. Le spectateur est en haleine maximum à ce moment précis. Par conséquent, il attend avec impatience le dénouement. Deux issues sans échappatoire sont alors possibles dans votre script : la victoire ou l’échec. Le narrateur peut alors exposer la morale de l’histoire et entrouvrir le possible avenir pour le personnage principal.
Le spectateur retrouve alors une stabilité émotionnelle dans la joie ou la tristesse selon l’issue finale.
Cette conclusion est l’acte le plus court de la structure (15 %).

3 raisons d’utiliser la structure en 3 actes

Vous souhaitez écrire des scénarios de bonne facture dès votre premier essai ? Utiliser une structure en 3 actes vous donne un cadre simple pour construire un scénario efficace et cohérent. C’est la meilleure recette à suivre pour se lancer dans le grand bain.

La technique des 3 actes fonctionne encore et toujours. Ce n’est pas le fruit du hasard. En effet, cette méthode de narration s’appuie sur le comportement émotionnel pour affronter les pires obstacles de la vie humaine. Ce processus est inscrit au plus profond de notre ADN pour notre survie. Ainsi, un processus d’identification se produit. La structure en 3 actes accroche donc naturellement le spectateur.

Le mot de la fin

Vous connaissez désormais les bases pour bâtir un scénario avec une structure en 3 actes. Avant de démarrer votre récit, suivez ce dernier conseil : décryptez vos films préférés pour repérer le schéma narratif sous-jacent. Vous disposez alors d’exemples concrets pour vous inspirer.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Votes comptés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *