Steadicam : l’outil incontournable pour des images fluides

Saviez-vous que des milliers de personnes font spécialement le déplacement à Philadelphie uniquement pour monter les marches devant le musée. Mais quel est le rapport avec le steadicam ?

Attendez un peu, On y vient.

En effet, c’est le lieu d’une scène mythique d’un film qui a marqué l’histoire du cinéma : Rocky. Est que ça vous parle davantage maintenant ? Effectivement, c’est la séquence cultissime où Stallone grimpe ces marches à la fin de sa période d’entraînement. Cette scène est encore une source d’inspiration pour des millions de personnes de nos jours. Ainsi, les touristes souhaitent gravir eux-mêmes ces célèbres marches pour le symbole.

Seul le 7ᵉ art est capable de créer des images aussi puissantes et universelles.

Pourtant, cette scène n’aurait jamais pu être tourné quelques années plus tôt sans une innovation majeure du cinéma : le steadycam.

Qu’est-ce que le steadicam ?

Connaissez-vous le travelling ? Eh bien, le steadicam a tout simplement révolutionné ce mode de prise de vue.

Steadicam : l’invention géniale de Garret Brown

On doit le premier travelling à un Alexandre Promio en 1896 un opérateur des frères Lumière. Il eut l’idée de filmer Venise avec une caméra en mouvement embarquée sur une gondole.

Très vite, ce mode de prise de vue devient incontournable pour filmer les courses-poursuites au début des années 1900. Le cinéaste Apfel fait ensuite évoluer la technique en 1912 avec l’utilisation d’un chariot pour filmer un personnage en mouvement.

Jusque dans les années 70, les techniques pour filmer un travelling évoluent très peu.
Garret Brown, un ancien chanteur de folk, fonde sa maison de production en 1970. Également ancien technicien publicitaire, il trouve ses premiers clients pour réaliser des spots de réclame.
En 1972, il reçoit une demande particulière pour un film publicitaire. La réalisation nécessite un travelling sur 2 étages. Brown accepte ce défi ! Il conçoit alors le tout premier steadicam (caméra stable en anglais).
Cette invention gagne ensuite ses premiers galons dans le cinéma en 1976. Coup sur coup, Brown intervient sur les films Rocky, Marathon Man et Bound for Glory.

Mais c’est le maître Stanley Kubrick en personne qui s’empare de cette fabuleuse invention en 1980. Dans son film Shining, le réalisateur utilise le steadicam à de nombreuses reprises pour filmer ses personnages en mouvement comme la fameuse scène de l’enfant sur son tricycle parcourant de longs couloirs dans un hôtel.

Brown a reçu 1 oscar pour son innovation en 1977. Il a participé directement à plus de 70 films avec son steadicam. Cette invention a changé le cinéma avec des prises de vue dynamique au centre de l’action et au plus près des personnages en mouvement. Il est encore largement utilisé encore de nos jours.

Steadicam : le stabilisateur tout terrain

Vous êtes embarrassé aujourd’hui ! Pour les besoins d’un court métrage, vous avez besoin de suivre un personnage en pleine course dans la forêt. En plus, le terrain est accidenté. Réaliser un travelling dans ces conditions paraît délicat. Effectivement, l’image risque de manquer de fluidité avec toutes ces secousses. Pour un résultat parfait, cela nécessite l’utilisation d’un steadicam. Seulement, vous n’êtes pas encore équipé…

Le steadicam est tout simplement un système de stabilisateur de prise de vue embarqué par le cameraman.
Ainsi, l’opérateur est totalement libre. Il peut alors filmer des travellings :

• en marche avant et en arrière,
• horizontaux et verticaux,
• panoramique.

Il est également possible de réaliser en toute liberté des mouvements à hauteur d’épaule ou au ras du sol comme la scène du tricycle dans le cultissime Shining.

Le steadicam est un support de caméra embarqué utilisant 2 systèmes :

• un dispositif d’équilibrage pour maintenir la caméra dans son angle de vue,
• un mécanisme d’absorption des chocs.

Fini les tremblements et les secousses avec cet équipement. Vous obtenez des plans parfaitement fluides et naturels. De plus, c’est bien plus économique que l’utilisation d’un chariot sur rail ou d’une Dolly.

Steadicam : comment ça fonctionne ?

Ce dispositif permet de dissocier les mouvements de l’opérateur et de la caméra.

Ainsi, cet équipement est composé de 3 éléments principaux :

• le gilet : ce harnais permet de porter le matériel en soulageant ses efforts. Ainsi le poids est réparti sur le corps de l’opérateur. Le gilet est indispensable pour supporter le poids de l’équipement pendant plusieurs heures.
• le bras articulé : Il fait le lien avec le sled et d’isoler les mouvements verticaux et latéraux de l’opérateur. Ainsi, le bras permet de fluidifier l’image quand l’opérateur marche. Pour la conception, Brown s’est directement inspiré des lampes d’architectes avec un système de parallélogrammes et de ressorts.
le sled : c’est le cœur du steadycam. Il s’agit en fait d’un support où est fixé la caméra et d’autres éléments comme une batterie ou encore un moniteur de contrôle. Le sled est muni d’un gimbal. C’est un système de cardan à 3 axes. C’est pièce mécanique est l’articulation qui autorise la liberté de mouvement de l’opérateur et la stabilité de la caméra.

3 raisons d’utiliser un steadicam

Cet appareil représente un budget d’investissement non négligeable. Vous hésitez encore ? Vous allez changer d’avis avec les arguments suivants.

1. Le coût d’utilisation

Un matériel de qualité est cher. Mais attention, il reste très économique au regard des alternatives existantes.
Une dolly est bien plus cher. En plus, il faut prévoir le transport de cet appareil encombrant.

Avec l’explosion de la vidéo sur internet, des offres de stabilisateurs à prix plancher sont apparues pour équiper les amateurs. Pour quelques dizaines d’euros, vous pouvez obtenir de bons résultats pour débuter sans obtenir la perfection d’un matériel professionnel bien plus onéreux.

2. La polyvalence

Un chariot sur rail permet de créer de magnifiques travellings. Seulement, ce dispositif nécessite une grosse logistique et un sol régulier, plat et stable. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas…

Avec un steadycam, l’opérateur est complètement libre de ses mouvements. Il peut marcher, courir, sauter, grimper des escaliers… Cela ouvre donc un champ des possibles extraordinaire pour réaliser des travellings.

3. Des prises de vue professionnelles

Les caméras modernes sont de vraies pépites technologiques. Elles sont désormais équipées de stabilisateurs optiques. Cette fonctionnalité aide à fluidifier les vibrations. Mais ça ne fait pas tout. Cela n’empêchera pas les secousses d’une prise de vue en courant sur un terrain accidenté. Les logiciels de montage permettent également de corriger certains défauts des plans. Mais une fois de plus, c’est un artifice pour corriger des petites imperfections.
Vous souhaitez un rendu professionnel ? Le steadicam reste incontournable. Cet équipement garantit une image et fluide dans les conditions les plus extrêmes. Du coup, il est toujours largement utilisé dans le cinéma. Ce n’est évidemment pas un hasard. La qualité est incomparable. Allez-y, faites le test !

Vous en savez maintenant davantage sur le steadicam.

J’espère avoir pu vous aider.

Je vous souhaite le meilleur.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Votes comptés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *