Les mouvements de caméra au cinéma

Travelling, panoramique, zoom, dolly …

Il est facile de se perdre dans le langage cinématographique.

Aujourd’hui je vous propose un petit recap’ sur les différents mouvements de caméra utilisés au cinéma.

Le panoramique :

Un panoramique est un mouvement de rotation de la caméra.

Le panoramique horizontal :

Lors d’un panoramique horizontal, la caméra pivote de droite à gauche ou de gauche à droite sur elle-même.

Le panoramique vertical :

Lors d’un panoramique vertical, la caméra pivote de bas en haut ou de haut en bas.

Le zoom :

Le zoom est un mouvement d’avancée dans l’image, il peut se faire de manière optique ou numérique.

Le zoom optique :

Le zoom optique se fait grâce aux lentilles de l’objectif de la caméra. En déplaçant cette lentille par rapport au capteur, la caméra avance ou recule dans l’image.

En procédant ainsi, le zoom permet de s’approcher du sujet sans bouger la caméra de place.

Attention, faire un zoom optique induit un changement de la perception de la perspective.

Le zoom numérique :

Le zoom numérique se fait directement sur l’image. Vous allez simplement zoomer numériquement sur l’image capturée comme vous le feriez en approchant votre loupe sur une photo.

En procédant ainsi, vous ne changerez pas la perception de la perspective. Cependant, la qualité de l’image devrait baisser, faisant apparaître de plus en plus en plus gros pixels, à mesure que vous zoomez.

Le travelling :

Le travelling est un mouvement de translation de la caméra. La caméra se déplace par rapport au sujet.

Le travelling :

Montée sur des rails appelés travelling et sur roulettes, la caméra, poussée par un assistant opérateur, peut avancer et reculer, s’approchant ou s’éloignant du sujet.

Le rail cependant n’est pas obligatoirement droit. Il peut être circulaire ou courbée.

De même, la caméra n’est pas forcément dans le sens des rails. Elle peut être dans l’axe, à ce moment là nous parlerons d’un mouvement de travelling avant/arrière. Mais la caméra peut aussi être axée de manière perpendiculaire aux rails. On parlera alors d’un travelling latéral.

Note : Quand j’étais au lycée, j’avais mis la main sur des plans de travelling à construire soi-même. Pour quelques euros et un skate démonté en plus, j’avais réussi à me construire un petit travelling maison.

La grue :

Vous en avez certainement entendu parler.

On parle de mouvement de grue lorsque la caméra est montée au bout d’une grue motorisée.

Elle peut alors bouger non seulement sur elle-même (grâce à la tête motorisée) mais aussi autour de la grue.

L’intérêt est de pouvoir combiner l’ensemble de ces mouvements pour des plans complexes et impressionnants.

Note : Il est aussi tout à fait possible de construire soi-même une grue si vous n’en avez pas le budget. Avec des amis nous en avions construit une en bois. 

Steadicam :

La caméra est accrochée grâce à un système de sangles stabilisées sur un opérateur. Le steadicameur peut, dans cette configuration, marcher et même courir en suivant l’action.

Ce type de plan donne une impression d’être « au plus près de l’action ».

Combiner les mouvements ?

Bien entendu, les mouvements cités ci-dessus peuvent être combinés. Un mouvement de travelling avant peut être combiné à un mouvement de zoom arrière créant ainsi ce qu’on appelle un travelling compensé.

Il existe bien d’autres mouvements de camera, cette liste ne faisant office que de recueil des principaux mouvements.

Si jamais tu souhaites te renseigner sur les valeurs de plan au cinéma je t’invite à lire mon article en cliquant ici.

J’espère avoir pu t’aider.

Je te souhaite le meilleur.

Timothée

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Votes comptés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *