fbpx

OWARD : UN RÉSEAU DE PROFESSIONNELS DU FILM

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de recevoir Dimitri et Romain, deux amis d’enfance qui conçoivent un nouveau réseau en accès libre pour découvrir et échanger avec des professionnels du film : Oward.co.

Notre enfance entre montagne et cinéma

Je dis « amis d’enfance » car oui, avant d’être adulte, j’étais enfant dans le petit village de Bernin (BIG-UP), entouré par les massifs montagneux et cimes enneigées de Grenoble. Pour faire les présentations, c’est là que j’ai connu Dimitri, petit brun barbu (de mémoire de Tim, il l’a toujours été) et Romain, grand rouquin élancé. Enfants, les deux parlaient déjà à mon coeur : ils parlaient cinéma et voulaient faire des films. Si vous lisez ce blog, cela doit vous parler 😉 

Photo de Romain, Dimitri et Tim, de Oward.co et apprendre-le-scenario.com.
Nous, il y a quelques années !

Au fil des années, cette rencontre a donné naissance à de nombreuses expérimentations cinématographiques, à la construction d’une dolly artisanale, d’une grue en bois, à la réalisation de films playmobils, publicités, courts-métrages et surtout, d’une belle amitié.

Photo de la grue en bois construite par Romain, Dimitri et Tim.
La grue en bois que l’on a construite pour accompagner notre dolly artisanale !

Depuis, chacun de mes comparses a suivi son propre parcours ; Romain a étudié à Sciences Po, s’en est allé faire un film par jour pendant 90 jours en Inde, a intégrée la société de production Gang Life.

Capture d'écran d'un film de Romain : Morning Ghats of Varanasi.
Capture d’écran d’un film de Romain : Morning Ghats of Varanasi.

De son côté Dimitri -Didou- a fait des études d’ingénieur à Telecom Paris Tech, s’en est allé travailler aux Etats-Unis puis est revenu faire du développement informatique en France ; moi… si vous ne savez pas qui je suis, lisez cette page. Les enfants ont donc grandi.

Puis récemment, un coup de fil. Ils m’annoncent se lancer ensemble dans un nouveau projet : créer un site pour découvrir les professionnels du film, en accès libre et gratuit. Et comme je suis curieux, j’ai organisé une petite interview pour qu’ils puissent nous en parler un peu. La voici !

Interview de Dimitri & Romain – Créateurs de Oward

L’histoire derrière oward

Moi : Bonjour les amis ! Alors, dites-moi, que créez-vous ?

Dimitri & Romain : Bonjour Tim, merci pour ton accueil, ça fait super plaisir. On t’explique tout : en discutant avec des producteurs il y a quelques mois, on est arrivés au même constat : nous avons nos réseaux de travail habituels, mais dès que nous sommes amenés à rechercher une compétence spécifique en dehors de ces réseaux, une personne qui partage notre sensibilité ou parfois tout simplement, à découvrir des talents émergents, alors nous ne savons pas où chercher. Ce qui est tout de même problématique ! D’autant plus que l’on est arrivés à la conclusion logique que ceux qui nous recherchent ne savent pas non plus où nous trouver…

Tim : Chacun est un peu dans sa bulle ?

D&R : Exactement ! Il est très dur de savoir qui fait quoi. On a donc décidé de créer Oward, une plateforme de découverte des professionnels du film.

Oward, en une phrase

En une phrase, c’est un site qui aide les professionnels du film à financer, produire et montrer leur travail via un réseau et une galerie en accès libre.

C’est assez ambitieux, mais le but est de réunir tout l’écosystème de la création de films en un seul endroit : films, artistes, agents artistiques, techniciens, sociétés de production et de post-production, festivals, aides à la création, associations, institutions, marchés, évènements, matériel, distributeurs, investisseurs, projets en financement, appels d’offres et offres d’emplois. Et de permettre les échanges entre ces acteurs.

Image de la page d'accueil de Oward.
Oward réuni l’écosystème du film sur une galerie en accès libre.

Tim : Une sorte de LinkedIn du film ?

D&R : Un peu ! Un mélange entre LinkedIn, Twitter et Pinterest, adapté aux spécificités de la création de films et réellement dédié à la découverte d’oeuvres et personnes. Il y a clairement quelque chose qui s’inspire du micro-blogging. L’idée étant de donner à toutes et tous, y compris aux spectateurs, un accès aux réseaux et ressources nécessaires à la production et découvertes de films.

Tim : Pouvez-vous expliquer comment cela marche ?

Le principe derrière Oward

Une galerie des professionels du film

D&R : On est partis d’un principe simple : permettre à chacun d’exposer son travail sur un micro-profil contenant un maximum de 3 oeuvres, organiser la découverte via un moteur de recherche dédié et faciliter les échanges dans une messagerie collaborative.

Trois oeuvres, c’est peu, mais c’est une limite qui impose à chacun de montrer sa sensibilité et le meilleur de son travail. Si le but est de découvrir des personnes, alors ça nous intéressait bien plus d’avoir de la pertinence sur trois films que des listes filmographiques interminables. IMDB existe déjà pour cela.

Le moteur de recherche le plus avancé de l’industrie

Ensuite, comme il n’était pas question d’avoir un modèle « payer plus pour apparaitre en haut », on a conçu le moteur de recherche le plus avancé de l’industrie. Il permet de trouver des professionnels en ordre aléatoire en fonction du type de films qu’ils exposent ou souhaitent travailler, de leurs sélections et récompenses en festival, diffusions télévisées, représentations artistiques, postes, guildes, sociétés, projets en développement et plein d’autres critères. 

Page d’accueil de Oward, avec une recherche de sociétés de production active.

Accès libre et gratuit

Pour que ce site soit utile, il fallait ensuite que l’accès en soit gratuit. Déjà pour permettre la découverte des oeuvres, ensuite parce qu’il existe trop de sites qui promettent d’accéder à un réseau moyennant une cotisation annuelle. On a donc conçu Oward pour qu’il soit en accès gratuit, et accessible de toutes et tous, notamment des producteurs. 

Messagerie collaborative

Enfin, il nous semblait évident qu’un réseau n’est utile que s’il génère des interactions. Nous avons donc imaginé des listes de favoris partageables, créé le « on fire » et surtout une messagerie collaborative. 

On avait vraiment envie de faciliter les échanges entre les personnes, d’avoir quelque chose de fluide et rapide, spontané. On a donc fait super attention à l’ergonomie du site.

Identités vérifiées

Et dernier point : nous proposons aux professionnels de faire certifier leur identité par un partenaire ; il est toujours plus rassurant de savoir à qui l’on parle vraiment.

Image de la messagerie de Oward.
Oward permet d’inviter ses clients et collaborateurs au sein d’une messagerie collaborative.

Tim : Excellent. Vous en avez déjà parlé à des professionnels ?

Partenaires

D&R : Oui, bien sûr ! En fait, notre projet est membre de l’incubateur national de la recherche publique, partenaire des sociétés de production Quad Group, Insurrection Paris, Gang Films et du Festival International du Court-Métrage de Clermont-Ferrand. On est également en discussion avec la Guilde des Auteurs Réalisateurs de Reportages et Documentaires. On a donc déjà quelques belles preuves d’intérêt !

Oward sur mobile

Un modèle viable

Tim : Et comment allez-vous financer ce site si son accès est gratuit ?

D&R : Il est gratuit de rechercher, découvrir, partager, aimer, suivre ou contacter des profils. Prenons ton exemple : un visiteur ou producteur peut voir que tu es à la recherche d’un producteur et de financements pour ton projet, en découvrir le synopsis et ta note d’intention, puis te contacter pour en savoir plus. Le tout, gratuitement.

Pour apparaitre dans les résultats de recherche, présenter tes projets et pouvoir inviter des personnes dans des groupes de messagerie, l’abonnement est de 35 ou 95€/an. Le prix est fonction du nombre de personnes que tu invites dans la messagerie d’équipe. C’est assez simple finalement : on accède et on contacte gratuitement, on s’inscrit pour pouvoir être découvert et contacté.

Tim : 35€/an seulement ?

Romain : Oui ! En tant que réalisateur, je sais qu’on a besoin de toutes et tous pour faire un film et que le succès d’un film tient en partie à l’équipe réunie. Avec Oward, on souhaite valoriser la création, la diversité et l’excellence de nos métiers. Il nous semble donc extrêmement important que le critère financier ne soit pas facteur d’exclusion : nous nous adressons à l’ensemble des créatifs du cinéma, de la télévision, du documentaire et du digital et c’est aussi pour cela que nos partenaires nous soutiennent.

Tim : C’est super. Vous avez gardé la même passion. Un slogan ? 

D&R : « Celles et ceux qui font les films ! »

Oward en financement participatif

Tm : Et où peut-on découvrir Oward ?

D&R : La preuve de concept est en cours de développement et sera accessible en Novembre 2020, date à laquelle une campagne de financement participatif sera lancée afin de permettre à ce projet d’exister. Tout le monde est invité à y prendre part. D’ici là, si tes lecteurs veulent créer un profil gratuitement et présenter ce qu’ils font, voici un lien : https://meet.oward.co

Tim : Ce sera partagé ! Merci les amis, j’espère que votre campagne sera un succès, c’est un beau projet que vous portez !

D&R : Merci pour ton accueil et ton soutien Tim, à très bientôt !

Voilà ! J’espère que cette interview vous a intéressé, je vous dis à bientôt sur apprendre-le-scénario.com !

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne 4.8 / 5. Votes comptés 6

Soyez le premier à noter l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page