Anatomie d’un scénario : Le premier point de pincement

Le premier point de pincement ?

Je vous l’accorde, la traduction de pinch point en point de pincement laisse à désirer, c’est pas très beau, mais l’idée se comprend.

👉 Ce moment fort doit rappeler aux spectateurs la puissance de l’antagoniste (l’ennemi dans l’histoire). 

👉 Le premier point de pincement sert de mise en pression.

Cette scène laisse à l’antagoniste la possibilité de s’étirer et d’impressioner de par sa puissance le spectateur. Ce moment sert de rappel de la puissance de l’antagoniste et de son plan. K.M. Weiland, Structuring your novel

Toutefois, ce rappel de la puissance de l’antagoniste peut se faire sans que le héros n’en soit conscient. La scène peut être du point de vue de l’antagoniste. Par exemple dans Star Wars, le premier point de pincement n’est autre que le moment où l’Empereur ordonne à Vador de chasser Luke.

L’avantage de ne pas impliquer le héros est de donner plus d’informations aux spectateurs sur les dangers à venir. De plus, il existe un deuxième point de pincement dans l’acte 2. A l’inverse celui-ci implique le héros lui faisant goûter à la puissance de l’antagoniste.

Dans les films :

✅Première charnière dramatique : Brody décide d’arrêter d’écouter le conseil de la ville et leur demande de l’écouter. « Je suis le chef de la police ». Il est décidé à chasser le requin.

Première moitié de l’acte 1 : La plage est fermée jusqu’à nouvel ordre. Brody étudie le grand requin blanc.

✅ Premier point de pincement : Le requin attaque deux pêcheurs chargés de le chasser. Sa puissance est phénoménale, il est capable de déraciner un ponton !

 

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Votes comptés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *