LA technique super simple pour structurer votre scénario

Hier soir, nuit blanche. Je me demandais si il n’y avait pas une manière plus simple de comprendre le “TRUC” pour écrire un scénario. Du moins, plus modestemnt, pour construire un chemin pour le héros logique et évolutif.

Quand j’y pense, la structure complexe ou même en trois axe est difficile à cerner. De plus elle englobe l’ensemble d’un récit dans une vision très large et peut-être trop conceptuelle.

Alors je me suis posé la question : pourrions-nous simplifier tout ça ?

Comment évoluons-nous ?

De manière simplifiée, voilà comment un organisme vivant fonctionne : l’organisme évolue face aux problèmes.

Une plante ne capte pas assez de soleil ? Elle s’adapte en donnant une pigmentation plus sombre à ses feuilles pour capter plus de soleil.

Mais alors quid de l’humain ?

L’être humain fonctionne de la même façon en s’adaptant à un problème.

Et un personnage de fiction ? Pareil.

Et si on simplifiait le tout

Essayons de voir ça comme un petit programme tournant en boucle.

  • Un personage.
  • Fait face à un problème.
  • En respectant un plan établi pour vaincre le problème.
  • Il ne le résout pas malgré sa tentative.
  • De cette défaite il apprend sur lui-même.
  • Il verbalise cet apprentissage à un entourage.
  • De la confrontation d’opinions nait une vision plus claire de la solution possible.
  • Puis il recommence le cycle jusqu’à trouver la solution.

Et ce cycle se répète tout au long de notre vie sur les mêmes problèmes ou des problèmes différents. La vie étant bien faite, souvent le même problème apparaît sous des formes de plus en plus graves.

Exemple de la vie quotidienne

En ce moment par exemple, j’essaye d’arrêter le tabac. Ca donne ça :

  • Timothée
  • sent qu’il fume trop.
  • Il décide d’arrêter avec des patchs nicotinique.
  • Il arrive à stopper 10 jours avant de reprendre exactement au même rythme. C-a-d 1 paquet par jour.
  • De cette demi-victoire il voit qu’il peut arrêter de mettre une cigarette dans sa bouche. Mais de cette défaite il conscientise que même en arrêter la fumée de cigarette, il reste dépendant à la substance nicotinique.
  • Il en parle à ses amis. La solution paraît plus radicale : se sevrer complètement à la nicotine. Sans patch. Et surtout, il comprend que la nicotine n’est pas vraiment le problème. Il cache son anxieté avec le tabac.
  • Deux semaines après, il retente l’arrêt du tabac sans patch.

Votre scénario s’arrête lorsque le problème d’une manière ou d’une autre est résolu.

Dans cette histoire d’arrêt du tabac, on peut imaginer la fin de l’histoire lorsque Timothée arrête le tabac définitivement ou alors qu’il se résigne à se dire “bon bah tant pis je fumerai toute ma vie”. Victoire ou défaite. Qu’importe finalement.

On dit souvent que plus un fumeur tente d’arrêter plus il a de chances d’arrêter pour de bon. Statistiquement il lui faudrait plusieurs échecs avant de parvenir à l’arrêt total et définitif.

Bon ça m’arrangerait que ce soit une victoire pour ma quête d’arrêt du tabac.

Le mot de la fin et Michael Jordan

Ca me fait penser à mon héros de jeunesse.

« J’ai raté 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté. J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi, j’ai réussi. »

– Michael Jordan

C’est une clé d’écriture : vous devez travailler les échecs de vos héros.

C’est la plus grande richesse d’un héros et d’un être humain.

A chaque fois que vous écrivez une histoire pensez bien aux échecs possibles. Notez donc :

  • Le problème
  • Le plan du héros
  • Pourquoi ça ne marche pas
  • Qu’est ce qu’il apprend sur lui et sur la façon de résoudre le pépin
  • Comment changer pour résoudre enfin le problème ?

Et dans votre tête ayez toujours la solution finale pour résoudre le problème.

Pensez à votre ami qui enchaine les relations de couples désastreuses, d’un point de vue extérieur vous voyez très bien en quoi la personne fait fausse route même si vous voyez aussi les efforts faits.

Et bien vous devriez avoir le même état d’esprit avec vos personnages. Vous avez en tête la solution mais vous savez que le changement de votre ami ne se fera qu’avec de l’expérience, par lui-même et pour lui même.

Reste à savoir ce que vous mettrez comme bâtons dans les roues de votre héros pour lui faire comprendre une clé pour avancer plus sereinement dans la vie.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne 5 / 5. Votes comptés 5

Soyez le premier à noter l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page